J’ai de la fève!… Salade tiède de fèves, menthe et Serrano.


Je me suis réconciliée avec mon panier bio. On a eu des moments difficiles pourtant. Mais aujourd’hui, si j’ai découvert les fèves, c’est grâce au panier. Les fèves… Le nom me fait penser au passage du Silence des Agneaux quand Hannibal le Cannibal raconte qu’il a dégusté un foie d’humain cuisiné avec des fèves au beurre,  Hopkins fait ensuite un petit bruit de succion très suggestif devant la caméra, les dents du haut contre la lèvre inférieure… Euh oui, ce passage m’a marquée. Résultat, quand on me dit fève, je pense immédiatement cannibalisme. Mais ça c’était avant la salade tiède de fèves… parce que maintenant, quand on me dit fève, je pense petit haricot tout lisse et croquant et ça me donne envie d’en cuisiner encore et encore.

On dirait bien que la fève n’a pas la cote. Je n’en entends parler nulle part.

Mes premières fèves.

Sans transition, mon livre de chevet:mon.

A platter of figs and other recipes. J’adore ce livre. De manière générale j’adore quand les américains parlent de cuisine. C’est très physique, ça tombe sous le sens, ça m’inspire énormément, ça donne envie d’essayer.  David Tanis est chef chez Chez Panisse, le célebrissime restaurant d’Alice Waters à Berkeley en Californie. Honte à moi… je n’y suis même pas allée quand j’ai fait mon année d’étude là-bas. J’étais moins à fond dans la cuisine à l’époque mais quand même, aujourd’hui je le regrette.

Quand on ouvre le livre et qu’on jette un oeil sur les recettes on se dit que vraiment, pour un livre de chef, ça ne casse pas des briques: Lapin à la moutarde au four, tarte aux pommes sans fioriture aucune (si si), baba au rhum à la cardamome (trop bon!), crostini ricotta-tomates, melon et figues au prosciutto et menthe. On pourrait se dire « nan mais il se moque de nous ou quoi? »,  ou encore « on a besoin d’un livre pour cuisiner ça?? » ou alors: « c’est un livre pour ceux qui achètent un légume pour la première fois? »… tut tut. C’est un livre A LIRE. Plus qu’un livre qui donne une recette, c’est un livre sur la cuisine.

De temps en temps, le soir, avant de m’endormir, j’en lis une recette. C’est comme lire une histoire. Il parle d’une cuisine qui me séduit de plus en plus: simple, généreuse, avec de bons produits frais et bien choisis, des plats simples. Pas d’ingrédients impossibles à trouver. Les gestes de préparation sont basiques, pleinement satisfaisants. Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas autant éclatée en cuisine qu’en préparant son gâteau d’épinards, dont je vous parlerai un autre jour, livre ouvert sur le plan de travail, à boire ses mots et à exécuter à la lettre les consignes, avec l’impression de faire le plat le plus authentique jamais fait (c’est quoi un plat authentique? je sais pas trop mais ça doit être ce fameux gâteau d’épinards). Un pure moment de bonheur. Bien plus satisfaisant que la préparation de n’importe quel dessert compliqué.

Donc A platter of figs correspond bien à mes envies du moment: simple et bon, avec peu d’ingrédients, des produits de qualité, le tout avec du matériel de qualité… voilà de quoi j’ai envie.

Salade tiède de fèves et asperges croquantes, menthe et Serrano

Assez proche d’une recette de David Tanis (A platter of figs)

800g de fèves avec leur cosses – 4 asperges blanches – 1 oignon nouveau  – sel- poivre – huile d’olive (fruitée)  – quelques feuilles de menthe – 2 c à soupe de jus de citron – 4 tranches de serrano.

Les fèves sont bien cachées. D’abord, ouvrez les cosses et sortez les fèves. Ensuite, passez-les 3 minutes dans une casserole d’eau bouillante puis refroidissez à l’eau bien froide. Maintenant poussez les graines hors de leur petits sacs.



Nettoyez les asperges et coupez-leur les pieds. Coupez les asperges dans la longueur, finement. Emincez-les oignons. Faites revenir les oignons dans un peu d’huile. Ajoutez les asperges. Salez. Quand elles se sont un peu attendries. Versez les fèves dans la poêle pour une ou deux minutes. Versez dans les assiettes. Parsemez de feuilles de menthe grossièrement hâchées. Donnez un tour de moulin à poivre,  arrosez d’huile d’olive et du jus de citron. Servez avec une tranche de Serrano. Servir immédiatement.

Publicités

12 Commentaires

  1. Ce que je préfère dans la fève, c’est quand il faut lui enlever sa petite peau, l’une après l’autre… très addictif et déstressant. Je suis en manque là je crois bien. Du coup, ce w-e, ça va être salade de fèves ! 🙂

  2. Merci pour cette succulente recette ! Bisous !

  3. mirbreizh

    je fais voeux de manger des fe-ves
    mais en normandie ,les etals n’en regorgent guère
    mere veille

  4. mirbreizh

    peut etre qu’une prochaine fois ,
    nous aurons la recette des feves au foie
    mes papilles en fremissent
    mère psycho

  5. Tout à fait le genre d’assiette que j’aime, parfaite pour le soir.

  6. Mmh ce que ça a l’air bon!

  7. ah!! mais je m’insurge !! il y a une recette de fève chez moi !! si si madame !! MDR
    http://lesdouceursdelafamillepraline.over-blog.com/article-verrines-de-feves-a-la-coppa-garden-party-episode-2-56640339.html
    bon, pas de foie avec hein !! faut pas pousser quand même !!^^
    bises

  8. Ha oui, moi aussi ce passage m’a perturbée ! Mais j’adore les fèves (et le foie aussi, accessoirement !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :